vendredi 23 janvier 2015

1095 - France : effondrement d'une civilisation ou d'une génération ?

Nous constatons tous la chute historique du niveau scolaire de la jeunesse française depuis plus d’une quinzaine d’années.

Se confronter à la lecture de phrases produites par des lycéens, et même par des bacheliers, devient une tâche de plus en plus pénible. Il n’est plus rare, en 2015, de devoir déchiffrer leur écriture désastreuse pour tenter de comprendre leur pensée maladroite, confuse, pleine de lacunes. Et parfois sans queue ni tête, tant leur indigence est abyssale. Cette génération souffre d’une misère atypique, inimaginable depuis l’instauration de l’école obligatoire : la déculturation.

Le gros des troupes juvéniles se compose aujourd’hui de semi-analphabètes.

L’orthographe consternante -devenue norme officieuse- de cette dernière sève du pays est particulièrement révélatrice d’un échec pédagogique à l’échelle nationale, pour ne pas dire civilisationnelle.

A qui la faute ? Comment la France en est-elle arrivée là ? Certains verront une corrélation entre cette catastrophe orthographique et la multiplication des écrans... Je n’en sais rien, mais le fait est là : l’Education Nationale est devenue une usine à cancres.

Face à ce bilan navrant, tout esprit normalement structuré se demande, incrédule, déconcerté, comment l’école peut accorder ses palmes à des élèves ne maîtrisant que difficilement -ou absolument pas- les bases élémentaires de l’écrit, de l’oral, de la réflexion, et les faire ainsi monter en grade du CP jusqu’au BAC, désarmés, ignorants, lourdement handicapés avec leur orthographe du niveau de sous-CE1...

C’est bien connu, la réalité est souvent pire que l’imaginaire : qui aurait osé imaginer il y a quarante, trente ans que le lycéen lambda français serait incapable de rédiger trois lignes sans commettre quatre, cinq, six fautes en moyenne ? Non pas des erreurs anodines mais des incongruités énormes, des carences structurelles, des âneries aux racines profondes !

Nous en sommes là et ce n’est pas un rêve mais la réalité. Comme pour le mariage entre homosexuels : risible chimère il y a a quarante ans, banalité pour ce siècle !

Je pense que nous n‘avons pas encore touché le fond. Le pire est à venir, et je me réjouis déjà de cette descente de notre société dans les abîmes de la bêtise et de l’avilissement qui, fatalement, au dernier moment, d’un coup de pied désespéré et salvateur contre ses propres ordures, nous fera tous remonter vertigineusement.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/cd07114efd358fa5444a1256c3ec6350/

https://rutube.ru/video/6412f3ee686008ac616b439e616979af/

http://www.dailymotion.com/video/x4f8p18

http://www.dailymotion.com/video/x2fed2d_effondrement-d-une-civilisation-ou-d-une-generation-raphael-zacharie-de-izarra_school

vendredi 9 janvier 2015

1094 - Les intégristes de la laïcité

A ceux qui de bonne ou mauvaise foi assimilent mes propos à une justification des assassinats perpétrés à Paris contre les dessinateurs de CHARLIE HEBDO, je leur réponds clairement que je condamne fermement cet attentat et ses auteurs et qu'en aucun cas mon article n'est une apologie de la violence contre mes adversaires ! 

Les adeptes de l’athéisme laïque pourfendeurs des religions, censeurs acharnés des signes ostensibles d’appartenance religieuse ont leur religion à eux mais n’en ont point conscience.

Ces gauchistes moqueurs, islamophobes et christophobes qu’insupportent la vue d’un crucifix ou d’un voile dans les lieux publics se permettent, eux, d’arborer sans complexe leurs chapelets et cierges ostensibles lors de manifestations de masses sur la voie publique : drapeaux rouges, badges aux couleurs du “FRONT DE GAUCHE”, écharpes oranges et depuis tout récemment, étendards noirs aux lettres criardes “JE SUIS CHARLIE”... 

Leur Dieu s’appelle PENSÉE UNIQUE, MARIAGE HOMOSEXUEL, AVORTEMENT, FÉMINISME...

Ils jurent s’être libérés de l’état d’esprit “arriéré” des catholiques et des islamistes et pourtant ils ont leurs chapelles, leurs rites, leurs vins et leurs hosties.

Ils ont remplacé la traditionnelle piété des églises par leur flamme idéologique à eux. 

Ils allument des bougies à leurs fenêtres sur invitation de leur “grand-prêtre télévision”, brandissent leurs icônes saintes aux effigies des dessinateurs de CHARLIE HEBDO, communient avec les agences de presse aux pensées unilatérales savamment orientées en direction de leur bref cervelet...

Ils ont leur système de quête surtout : un million d’exemplaires de CHARLIE HEBDO en tirage spécial, plus quelques crayons, s’écoulent en quelques heures dans leur vaste église dédiée à la divinité ovine... 

Quiconque se montre hermétique, réticent à leur “grande ouverture d’esprit” est à leur yeux un “facho”, un dangereux réactionnaire, un rescapé du Moyen-Âge. 

Avec leurs certitudes d’athées et leurs vues passionnément matérialistes, ce sont des fanatiques religieux, même s’ils ne le savent pas. 

IZARRA croqué par Tignous de CHARLIE HEBDO

Feu docteur de IZARRA croqué par la plume acerbe de feu Tignous il y a quelques années.

Raphaël Zacharie de IZARRA


1093 - Pourquoi je suis censuré ?

Si comme le prétendent mes détracteurs je ne cesse de dire des âneries, des insanités, des mensonges au sujet de la société et que c’est bien à cause de cela que je suis partout censuré, je leur réponds que si tel était réellement le cas, jamais je n’aurais été muselé de la sorte. En effet, qui dit des idioties se discrédite de lui-même. Nul ne s’est jamais senti obligé de censurer le fou, l’ignare, le délirant, l’ivrogne, le clown : ce que chante l’âne tombe fatalement à l’eau et on en rit.

Non, c’est bel et bien parce que je dis la VÉRITÉ que j’ai été banni du débat public.

Vérité qui sonne de façon discordante par rapport aux bêlements unilatéraux et quasi obligatoires d’un peuple aux cerveaux violés par le matraquage gauchiste, pris en otage par la pensée médiatique dominante. C’est cette disharmonie que me reprochent mes accusateurs.

On ne censure que la vérité.

Ce n’est pas le faux qui fait trembler mais le vrai. Si ma pensée était vraiment absurde, inepte, insignifiante, on ne m’empêcherait pas de l’exprimer, elle passerait tout simplement inaperçue, nul n’y prêterait attention.

Mes adversaires de la pensée unique ne combattent que ce qui est dangereux pour eux, pas ce qui est inoffensif.

Toutes ces précautions prises à mon endroit en hauts lieux, ces barrières dressées contre ma parole, ces barbelés autour de ma plume sont autant de preuves que brille sur mon front une couronne et non que je porte un nez rouge.

Aucun contradicteur ne rit de mes prétendues sornettes, au contraire tous s’en indignent.

La vérité est une flamme qui brûle l’ivraie. Une flèche qui perce la mollesse. Une lame qui tranche sans fard. Un fer qui redresse les bois tordus. Une lumière qui élimine l’artifice. Une épée séparant le jour de la nuit. Une tempête dispersant les fumées.

Bref, la vérité est une arme qui ne blesse que les tricheurs.

Soral dans une plus grande mesure que moi incarne cet évangile que les corrompus veulent diaboliser.

Si Soral est si totalement censuré, c’est bien parce que les rayons de cet astre magistral représentent le plus grand péril pour ces théoriciens de l’ombre gauchiste qui aliènent les esprits faibles dans leur secte laïque.

Si Soral est lui aussi si dangereux pour notre société, si indécent, si subversif, si révoltant et si insupportable à voir, à entendre, si difficile à chasser de nos esprits, c’est parce que sa seule alliée, c’est la vérité.

Toute nue.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x2f7fo5_pourquoi-je-suis-censure-raphael-zacharie-de-izarra_webcam

lundi 5 janvier 2015

GUSS DX, FUMÉES PICTURALES OU RÉALITÉS SPECTRALES ?

GUSS DX, c’est à dire Guillaume le chasseur de fantômes, a initié une vaste agitation sur le NET tournant autour des fumées paranormales...

Vraies ou fausses, ces manifestations obscures suscitent bien des interrogations de la part des curieux et des sceptiques... Louable entreprise au premier abord que d’enquêter de manière impartiale sur un sujet aussi flottant que périlleux. Sauf qu’avec le succès de ses reportages, ce qui au départ était implicitement présenté comme simples hypothèses est devenu, semble-t-il, religion d’état sur la planète rigidifiée et sans nuance des post-pubères avides de sensationnel. En effet j’ai découvert, dans un second temps, que le public de Guillaume se composait essentiellement d’adolescents exaltés et romantiques... Pour ne pas dire passablement écervelés mais je vais rester courtois... Disons que notre chasseur de fantômes s’est attiré bien malgré lui un auditoire conquis d’avance, je veux parler de ce juvénile public d‘émotifs sensibles aux images et fort peu exigeant pour tout le reste, c’est à dire l’analyse froide et la réflexion rigoureuse.

Guillaume a cartonné dans une tranche d’âge, que certains prétendront ingrate, et moi en tout cas je le prétends, aisée à se mettre dans la poche dés lors qu’on lui tend sous l’angle ludique des sujets clinquants. C’est comme s’il avait présenté un wagon de frites à des hordes de belges affamés...

Guillaume, toujours professionnel, emploi le ton convenu qui fait sérieux et les grosses ficelles qui vont avec. Ce ton sied parfaitement à ses explorations de l’invisible et ne le lui reproche nullement d’adopter cette forme journalistique. En soi rien de critiquable à ce propos. Il a fait le choix de la crédibilité sur-jouée, pourquoi pas ? Ce n’est pas le problème. Cela ne rend que plus captivants ses reportages.

Sauf que sur les jeunes esprits faibles et influençables composant son public, cette forme professionnelle induit nécessairement un phénomène d’adhésion immédiate et irréfléchie. Lorsque l’image tapageuse rempli tout l’espace mental du spectateur peu armé pour la critique, hé bien il n’y a plus de place pour la critique précisément...

Sans oublier que ses reportages, qu’ils soient truqués ou non peu importe, risquent de faire naitre de malsaines vocations chez ces tendres cervelles parfaitement ignorantes des réalités cachées qu’elles voudront tenter de pénétrer... La plupart des adolescents sont totalement inconscients et beaucoup se livrent à des jeux occultes qui les expédient directement dans des abîmes intérieurs parmi les plus sinistres. Pour certains les conséquences de ces pratiques sulfureuses peuvent être réellement funestes on ne le répètera jamais assez. D’ailleurs Guillaume l’a bien spécifié au cours de ses reportages, mais combien ont retenu le conseil ? Eblouis par le “faste occulte” si je puis dire de ces enquêtes sur le terrain, les jeunes gens se feront malheureusement piéger par la forme, attirés comme des papillons par les lueurs délicieusement blafardes de ses appareils de vision nocturne... Sans voir le ténébreux danger tapi hors-champs.

Les reportages de Guillaume devraient s’adresser à un public adulte averti et non pas à des gamins en pleins chamboulements hormonaux incapables de faire la part des choses, ignorant tout des traditions religieuses, qu’elles soient chrétiennes ou non, et surtout des études érudites de démonologie en croyant tout savoir à travers la lorgnette simplette d’INTERNET...

Il est évident que je crois à ces phénomènes abordés de manière immédiate et empirique par les caméras de Guillaume. Mais je crois également à la critique des faits comme je crois aux possibilités de suggestions, de sur-interprétations, d’illusions, voire de franches falsifications. Je dirais même que j’aurais en réalité tendance à prendre tout d’un bloc les reportages de Guillaume comme des choses authentiques et c’est justement parce que tout paraît tellement trop vrai, trop beau, trop prévisible que le doute a émergé.

Bref, je demande à voir et à revoir et non pas à gober bêtement. Et surtout, étant donné que Guillaume n’a pas assez insisté sur la question, je tiens à mettre en garde les jeunes esprits inconséquents, subjugués par ces reportages, contre les dangers concrets  de ces choses hors de leur portée mentale et spirituelle ! Au moins, moi je l’aurais dit.

Raphaël Zacharie de IZARRA

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x2e0fui_reaction-revelatrice-d-un-maire-a-propos-des-roms-raphael-zacharie-de-izarra_school

dimanche 4 janvier 2015

RÉACTION RÉVÉLATRICE D'UN MAIRE Á PROPOS DES ROMS

Si le maire de Chamlplan refuse l’inhumation d’un bébé rom ce n’est évidemment pas une réaction gratuite. A la base il y a un vrai problème par rapport à cette communauté universellement détestée des honnêtes gens. 

On ne méprise pas des catégories de gens pour rien. 

Le problème n’est pas chez le maire refusant une sépulture à une défunte infante rom, lequel maire n’est que l’antenne de la pensée générale, le problème est, à la base, chez les Roms eux-mêmes.

Quel crétin serait prêt à confier ses économies à une famille de Roms ? Quel naïf accepterait de confier les clefs de sa maison à des Roms lors d’une longue absence ? Quelle belle âme charitable serait assez inconsciente pour inviter chez elle des Roms sans cacher son argent ?

Je constate que la population française dans sa grande majorité, et j’en fais partie, rejette la communauté rom, soupçonnée de malfaisances (mendicités “industrielles” et vols sous diverses formes).

Si les Roms étaient des gens bienfaisants, philanthropes, qu’ils ne traînaient pas cette déplorable réputation, malheureusement fondée, de voleurs, d’escrocs et d’éternels mendiants professionnels, nul ne les mépriserait et le maire de Champlan, caisse de résonnance du peuple, aurait accepté la sépulture au nouveau-né.

Conclusion : éduquons les Roms, élevons leur niveau d’instruction, apprenons-leur les vertus et bienfaits de l’honnêteté, de l’intégration.

Qui montre les crocs au lieu de sourire ne se fasse pas d’illusions !

Ou, en l’occurrence, qui depuis des générations exhibe à des sédentaires proprets ses pieds mal chaussés au lieu de jolies semelles ne doit pas s’attendre à recevoir de leur part autre chose que des coups de pieds au cul !

C’est au va-nu-pieds de faire l’effort de se couvrir la cheville en société et non au citadin éduqué de singer le saltimbanque crotté.

C’est cela, l’intégration.

Cela dit personnellement je n’ai rien contre les souillons mal chaussés, et je trouve même cela gentiment folklorique, j’en ai essentiellement contre les oiseaux de passage mal éduqués ne sachant pas vivre en intelligence avec leurs semblables ayant poliment nidifié.