jeudi 30 mai 2013

POUR LE BUZZ, IZARRA PATHÉTIQUEMENT RAMPANT !

Que ne ferais-je pas pour accéder au BUZZ !

Dans cette vidéo je baisse mon pantalon, je me prosterne devant le dieu BUZZ, je me traîne comme une lamentable, baveuse, indigne, escargotique limace en manque de notoriété face aux millions de potentiels rieurs... 

Bonjour Daniel,

Vous avez consacré une vidéo à mon "ami" Olivier DELEMME, fort drôle d'ailleurs, et avez cité mon nom dans le commentaire de la vidéo, ce qui m'a valu quelques visites supplémentaires sur mon compte YOUTUBE.

Vous avez un succès énorme et j'en suis heureux pour vous, sincèrement. Je me félicite de la réussite des autres et je tente autant que possible de marcher sur les pas de ces "abonnés aux succès" du NET. Je vous envie beaucoup, je ne vous le cache pas, pour l'immense popularité dont jouissent vos vidéos bien faites, rythmées et toujours amusantes...

Aussi je vous fais une demande folle, grotesque peut-être mais franche, presque lamentable j'en ai bien conscience : accepteriez-vous de consacrer une vidéo à mon humble personne et à mes comiques et vaines tentatives de faire le buzz ?

Manière ironique mais efficace de booster mon compte, de me faire relever la tête, de faire remonter mes vidéos au-dessus de la mer de nullités dans laquelle elles sont engluées en dépit de leur grande qualité... Revanche hilarante et pathétique du minuscule guignol que je suis en mal de gigantisme "youtubesque"... Vous pouvez bien évidemment tourner en dérision cette présente demande et faire la vidéo en conséquence, j'ai le sens de l'humour très très développé, surtout s'il s'agit de me moquer de ma propre fiole.

Avec toutes mes vidéos sur YOUTUBE et surtout sur DAILYMOTION (950 à ce jour), vous aurez de quoi vous foutre internautiquement de ma poire en relevant mes défauts, tares ou outrances -mais aussi mes éclats-, pour votre gloire et la mienne. J'accepte de ramasser les miettes de votre succès, vous l'aurez compris.

Je ne crains pas de m'exposer, n'ayant pas honte de mes oeuvres.

Alors si vous le souhaitez, je vous permets de venir vous "défouler" gravement, sinistrement et surtout clownesquement sur mes vidéos, peut-être ferez-vous un autre buzz en traitant du phénoménal sujet "RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA".

Je suis un cas sur le NET alors ne vous retenez pas de parler de moi.

Je cherche vainement le buzz depuis des années, je n'ai pas honte de le dire. Et un des moyens d'accéder à ces hauteurs "super-webiennes" tant convoitées, c'est aussi de m'adresser à vous, de saisir l'occasion au vol, de profiter de votre célébrité pour tenter d'y accéder moi aussi.

Démarche opportuniste, égoïste, pitoyable et désespérée il est vrai, mais n'en sommes-nous pas tous là sur INTERNET, nous les "exposés volontaires" avides d'artifices et de reconnaissance d'un jour, d'un an ou d'une éternité cybernautique ?

Ce qui nous sauve tout de même dans toute cette "misère", dans cette course au buzz, c'est que nous ne nous prenons pas au sérieux.

Sauf moi.

Ce qui suffit à consacrer une vidéo sur la question.

Alors, prêt pour me faire faire le grand saut sur la planète BUZZ, même si je dois le payer au prix de mon infini ridicule (parfaitement assumé) ?

Quelle que soit votre réponse je vous remercie pour votre attention.

Zygomatiquement vôtre.

Raphaël Zacharie de IZARRA
raphael.de-izarra@wanadoo.fr
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
02 43 80 42 98
09 50 35 86 22

POUR LE BUZZ, IZARRA PATHÉTIQUEMENT RAMPANT ! 

Que ne ferais-je pas pour accéder au BUZZ !

Dans cette vidéo je baisse mon pantalon, je me prosterne devant le dieu BUZZ, je me traîne comme une lamentable, baveuse, indigne, escargotique limace en manque de notoriété face aux millions de potentiels rieurs...

http://www.dailymotion.com/video/x10c...

IZARRA ne vit que par la tentative de faire le BUZZ. Il baisse même son froc pour faire monter la saucisse buzzique.

Raphaël Zacharie de IZARRA

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x2c171b_pour-daniel-antoine-ma-course-au-buzz-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://rutube.ru/video/e47271fb4facad33d4648b1f3f7c6890/

dimanche 19 mai 2013

992 - Quand les médias rient du ciel bleu

RÉPONSE Á UN JOURNALISTE SE MOQUANT DU "DÉVERSEMENT DE BONS SENTIMENTS ET D'ALTRUISME" DANS LES CHANSONS DE L'EUROVISION

Evidemment, depuis la hauteur du pigiste oeuvrant sur papier glacé, il faut évoquer avec un air de dérision convenue les “bons sentiments” et “l’altruisme” émanant des chansons de l’Eurovision.

Valeurs nécessairement sirupeuses et irréalistes pour des journalistes de “haute volée” qui se consacrent volontiers aux noirceurs autrement plus consistantes et crédibles de notre monde pataugeant dans la boue... Voilà un bel exemple du cynisme et de la corruption d’esprit des médias se disant “sérieux” !

Une presse trop grave, trop impliquée, trop professionnelle pour parler des “bons sentiments” et de “l’altruisme” avec cette même déférence accordée à la politique, à l’économie, à l’armement.

Le regard moqueur que portent ces médias cravatés, érudits, officiels sur les “bons sentiments” et “l’altruisme” est révélateur de l’état d’esprit institutionnel de la société.

A leurs yeux tout chanteur sacrifiant son image dans l’arène de l’Eurovision en brisant les codes de l’intelligentsia afin d’y délivrer un message “doucereux” de paix, de fraternité, de “bons sentiments” et “d’altruisme”  est un sot, un naïf, le bouc-émissaire autorisé des rieurs.

Tandis que celui qui au lieu de gratter sa guitare béatement sous les caméras de l’Eurovision dégoulinantes de “bons sentiments et d’altruisme”  tue pour défendre des mensonges étatiques et l'autre qui parle de déployer des troupes martiales pour telle ou telle raison sont tellement plus raisonnables...

Il est facile de railler les “bons sentiments” et “l’altruisme” benoîts colportés par les troubadours.

Beaucoup plus estimable est de rétablir l’éclat souillé de la BONTÉ, du BIEN, du BEAU, de la VÉRITÉ comme je tente de le faire à travers le présent article avec ce panache follement désespéré des âmes authentiquement idéalistes.

Panache que certains esprits bien-pensants qualifieront de “ridicule”.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

https://rutube.ru/video/7232966b33715f8eefb6ac2af259ee43/

mercredi 15 mai 2013

RÉCESSION, UN MAL IMAGINAIRE

Moins 0,2 pour 100 de récession en France, cela suffit pour faire pleurer ce pays faisant partie des cinq plus opulents au monde.

La France qui se croit dans la misère pleure, se lamente, crie au secours aujourd’hui parce qu’elle est moins riche de 0,2 pour 100 par rapport à l’année précédente.

Dans ce contexte “dramatique”, les acheteurs se tournent vers des magasins de “crise” pour acquérir des produits moins chers que dans les centres d‘achat traditionnels.

Sauf que ces produits de “crise” proposés à moindre coût sont en réalité des futilités : jupes, objets de décoration (de mauvais goût qui plus est), accessoires de divertissements, sodas, chocolats...

Cette notion de récession n'a pas de sens, elle est même perverse puisqu'il s'agit de 0,2 pour 100 non pas de pauvreté en plus mais de richesse en moins. La distinction est essentielle  car dans ce cas la France demeure  à ses traditionnels hauts niveaux de confort, de qualité de vie, d'excès, toujours aussi prospère, puissante, solide, enviée, en dépit de cette brume tout à fait relative et même franchement artificielle.

Tant d’indécence, d’obscénité, d’ingratitude face au sort de la part de ces éternels repus que sont mes compatriotes me donne envie de vomir.

Nos poubelles dégueulent de richesses gaspillées, nos chiens et chats sont gras, ont leurs cliniques vétérinaires attitrées, nos SDF vivent comme des pachas, nos infrastructures atteignent des sommets de perfection dans leur  conception, usage et entretien, notre système d’hyper bien-être, d’aisance et de prospérité universelle à même inventé le concept de “vacances pour chômeurs”, et dans cette débauche de luxe, d’artifices et d’abondance la population obèse verse des larmes noires, s’inquiète pour son pouvoir d’achat, voire se désespère pour ses enfants, et tout cela pour quelques miettes de récession...

Je n’ai plus de mot pour qualifier cette nation de veaux geignards engraissés de superflus, décidément peu enclins à voir la magnifique réalité de leur vie malheureusement dissimulée par des montagnes d’adiposité morale.

Raphaël Zacharie de IZARRA

mardi 14 mai 2013

991 - Deux légumes

Assise depuis le matin près de la fenêtre, la vieille fixe le vide. Le regard placide, le front terne, la bouchée bée, l’air bête.

Son vieux retraité de mari se tient pareillement au fond de la pièce, sagement attablé devant le saladier trônant au centre de la ronde surface bien cirée, les bras sur les genoux, à attendre tout comme elle. Parfois ses mains viennent se poser sur la table, avant de revenir sur ses genoux. Sa tête de temps à autre se tourne tantôt vers la fenêtre, tantôt vers la pendule, puis revient vers le saladier. L’extrême lenteur caractérise ses gestes ponctuant les heures qui coulent, car c’est bien en termes d’heures qu’il faut considérer ces non-évènements...

Ils attendent quoi ?

Que le temps passe, sans doute.

L’horloge est au coeur de la scène, remplissant la demeure de son omniprésence morbide.

- Tic, Tac ! Tic, Tac !

C’est le néant qui leur parle.

Parfois la femme s’exclame, les yeux levés vers le ciel qui se couvre : “Ha ben tiens regarde donc ça l’René, y’a le ciel qui s’couvre !” Sa voix morne fait l’effet d’une couche de poussière déposée sur une toile d’araignée.

Et l’autre de répondre, comme pour se rassurer de pouvoir meubler lui aussi l’espace inerte : “Ah ! ben, c’est vrai ça dis, la Germaine ! L’ ciel y s’couvre dis-donc !”

La pendule acquiesce.

De ses balancements de mort, elle accompagne chaque parole creuse, chaque pensée insignifiante, chaque mouvement stérile de ce couple sans vie.

- Tic, Tac ! Tic, Tac !  “Y a l’chien du voisin qui aboie dis l’René, t’as t-y entendu ça ?”- Tic, Tac ! Tic, Tac ! “La Germaine, c’est d’main dimanche ! Ca passe-t-y bien vite la semaine ! ” - Tic, Tac ! Tic, Tac !

Le soir venu, après un tour de cadran interminable passé à ne rien faire et des dizaines de milliers de “Tic-tac, tic-tac”  dans les oreilles, c’est l’heure de la soupe. Le grand moment de la journée.

Ils leur faut plus d’une heure pour la faire réchauffer, avaler leur assiette cuillerée après cuillerée, attendre encore un peu, puis faire la vaisselle. Ce sont les centaines de minutes du jour achevé qu’ils re-dégustent ainsi le soir, mollement, consciencieusement, mortellement. Ressassées à travers chaque once du bouillon.

Une double peine. Ou double jouissance, eux-mêmes ne savent pas trop s’ils se complaisent ou se morfondent dans leur confort de prudence et de silence mêlé de paresse intellectuelle...

Une chose est sûre : l’horloge, toujours, a le dernier mot sur leurs échanges de navets.

Jamais ils n’oublieront de la remonter avant d’aller se coucher comme pour mieux préparer, à travers ce rituel de sclérosés, d’enterrés, de névrosés, les arguments imparables de ses tic-tac qui le lendemain donneront tort et raison à leurs propos de légumes roulant à petit feu vers un potager de marbre où tout finira dans un silence... définitif.

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x1coz7g#user_search=1

https://rutube.ru/video/1961d6472e9e1b250b3205a2b6391963/

https://www.youtube.com/watch?v=CklOqM9lchU&feature=youtu.be

dimanche 12 mai 2013

990 - L'amour chez les homosexuels n'est que tromperie !

L’homosexualité devrait être décemment vécue dans la clandestinité.

Sauf que de nos jours il est de bon ton de revendiquer ses tares, travers et outrances sexuels et d’en tirer une fierté déplacée.

Le mariage des sodomites est une pure obscénité parée du vernis de la tolérance et du respect des différences. Ce n’est ni plus ni moins que la pornographie de la république dévoyée, prostituée à la cause des lobbys homosexuels et féministes.

L’homosexualité masculine (la moins avouable à mes yeux car la plus répugnante, mais c’est parfaitement subjectif je l’admets) devrait être vécue dans la décence, la discrétion, voire le total secret au nom du respect de l’ordre établi et de la tradition hétérosexuelle dominante.

Et nul n’a le droit de m’empêcher d’éprouver de la répugnance face à l’homosexualité masculine ainsi exhibée, revendiquée, socialement assumée à travers ses revendications décadentes.

L’argument de l’AMOUR avancé par les homosexuels pour justifier leur délire de mariage n’est qu’ILLUSION, voire MENSONGE.

L’amour véritable n’a rien à voir avec leur commerce charnel et affectif de bas étage.

Ils ne savent pas ce qu’est l’amour, ces gens qui pour défendre la cause homosexuelle en pervertissent le sens profond car le vrai amour c’est l’altruisme, c’est l’amour de son prochain, la fraternité, l’amour christique, c’est l’amour désintéressé de l’Humanité et non ces moeurs dégradées érigées en autel sacré !

Ils confondent l’AMOUR avec la vulgaire, banale, confortable CONJUGALITÉ qui n’est qu’une attirance charnelle, animale, un besoin physiologique et psychologique à la portée de n’importe quel pervers en manque de nouvelles expériences sexuelles ou de célibataire en mal d’affection.

L’harmonie conjugale est la forme la plus primaire de l’amour, accessible au premier égoïste venu. Cet amour ne requiert pas d’effort ni aucune élévation, tandis que l’Amour véritable est l’apanage des grandes et chastes âmes.

Ces homosexuels qui parlent d’amour ne parlent en réalité que de conjugalité, preuve de leur manque de consistance et de la nullité de leur raisonnement.

http://www.youtube.com/watch?v=rcOLGu6nGhM

989 - Vive la discrimination !

La discrimination est naturelle, universelle, elle fait partie de l'ordre naturel des choses, elle permet de se protéger, de sélectionner ses relations, de mettre de salutaires et parfois définitives barrières entre les pommes saines et les pommes pourries. Certaines personnes mal intentionnées ont voulu donner un sens péjoratif à ce terme afin de servir les intérêts abusifs des homosexuels, des faux pauvres, des femmes, alors qu'en réalité la discrimination est une nécessité absolue, dans tous les domaines.

Aux entrées des restaurants, des théâtres, sur le terrain de l'embauche, etc., si une personne sent mauvais, se présente les fesses à l'air ou est mal habillée, on lui interdira immédiatement et fermement l'accès des lieux, c'est une discrimination tranchée et je ne vois pas en quoi cela est choquant. Accepter de côtoyer sans discernement tous les pervers, les délirants, les égarés, les lépreux, les dangereux malfaisants, c'est cela qui est choquant, irresponsable, criminel.

On ne mélange pas les chiffons avec les serviettes, un homosexuel n'est pas un hétérosexuel, un homme sain de corps n'est point un malade contagieux, un être honnête n'est nullement un escroc, je ne vois pas en quoi il est choquant de faire une séparation morale, hygiénique, sociale,   physique ou géographique entre certaines catégories d'humains.

Je ne me laisserai pas sodomiser par les lobbys homosexuels et féministes. Je suis là non pour bêler béatement avec le troupeau de moutons que l'on tond mais pour combattre l'iniquité de ces lobbys immoraux, dégénérés, violeurs de consciences et de sensibilités.

Je refuse, au nom de cette conception corrompue de la tolérance, qui en réalité est une "perverse tolérance", de faire le jeu de manière laxiste, lâche, irresponsable de cette pieuvre homosexuelle gangrenant la société !

Je ne veux pas abdiquer face aux délires de ces pervers dénaturés qui prennent leur anomalie sexuelle pour une norme à faire accepter par tous.

L'égalité entre les couples homosexuels et hétérosexuels n'existe pas.

C'est une illusion, une farce, un mensonge, un mirage, une hérésie, une aberration, un faux débat politique.

Une grande partie de la communauté homosexuelle est manipulée par des lobbys qui leur font  avaler des énormités. Ils les ridiculisent et eux prennent tout cela au sérieux.

Demain nos descendants riront de cette aberration du siècle comme nous rions aujourd'hui des croyances et moeurs absurdes du passé.

N'est-il pas immensément ridicule pour un homme de dire : "attendez je vais demander son avis à mon mari !" ?

Grotesque.

Ces groupes de pression sont en train de leur mettre des jupettes dans la tête et eux, le plus sérieusement du monde, revendiquent ce "droit" de pouvoir déambuler dans la rue habillés en tutu tout dignement juchés sur leur rose trottinette... C'est une image bien sûr, mais elle correspond exactement au ridicule de leurs revendications au mariage.