dimanche 23 septembre 2007

760 - Voyage dans la misère... heureuse

Novembre 1880, juste avant la tombée du jour.

Le petit cirque s'installe dans un pauvre village du nord de la France. Avec la pluie, le convoi s'est embourbé aux abords de la commune. Et, arrivés sur la place, hommes et bêtes -fatigués- doivent encore patauger dans une terre trempée. Sur la carriole une affiche crasseuse annonce les "numéros incroyables" et autres "tours de magicien".

Prodiges misérables qui éblouiront les ignares de ces lieux...

La venue des forains a déjà attiré laboureurs, enfants et commères. La pluie est glaciale, l'ambiance solennelle : tous observent ces "troubadours" aux têtes sinistres censés divertir les villageois, crottés eux aussi... Le glas n'en finit pas de se lamenter : une âme dans le village s'est éteinte vers la fin de l'après-midi. Mais le cirque est l'évènement exceptionnel du bourg, plus rare que la mort. Même le curé s'en émeut. Pensez : un cirque au village !

Après le souper les habitants, fébriles, s'agglutinent autour de la charrette des forains. La pluie s'est mêlée de neige fondue. Les plus pauvres n'ont pas eu droit aux places sous la bâche rapiécée. Qu'importe.

Que le spectacle commence !

Contre quelques sous on y voit une chèvre savante et famélique trembler de terreur sous la baguette d'un clown ombrageux à faire peur. Devant trente paires d'yeux écarquillés on sort un singe récalcitrant de sa cage pouilleuse pour une exhibition des plus exotiques. Le clou du spectacle. Quelques coups de bâton lui font réintégrer sa prison puante sans trop d'histoire. Un trompettiste lugubre joue un air connu des campagnes. La démonstration sonore fait pleurer deux ou trois enfants impressionnables. Un jongleur vêtu de haillons raconte des vieilles blagues. Personne ne rit vraiment mais tout le monde est fasciné par les trois balles passant d'une main à l'autre dans un "tourbillon céleste effarant" ! Une jeune enfant chante l'hymne patriotique, le regard triste, le ton blasé. Lorsque, la lèvre marquée par l'habitude de la chique, la mine crapuleuse, l'équilibriste se lance sur la corde tendue pour y gesticuler avec fausse maladresse, il répand sur l'assistance une odeur aigre de vinasse. La soirée s'achève sur un tour de passe-passe anodin exécuté par un magicien à l'air patibulaire. Tour raté d'ailleurs.

Le troupeau d'illettrés s'en retourne à ses masures, les sabots boueux, les têtes pleines de sons inconnus et de lumières inédites.

Le lendemain, sous de grosses flaques éclaboussant les bas de pantalons, la troupe d'artistes repart émerveiller d'autres villageois, là-bas au loin à trois kilomètres d'ici.

VOIR LES DEUX VIDEOS :

https://rutube.ru/video/da917588fa7e569e866cc1082072d16d/

https://rutube.ru/video/dbf847801dcf29ea27ebfd3f1a740d2f/

http://www.dailymotion.com/video/x506jri

dimanche 9 septembre 2007

759 - Vue sur les étoiles

Je contemplais depuis des heures le ciel étoilé de septembre, étendu dans un pré en quelque lieu reculé de la campagne sarthoise. La nuit était sereine, la brise douce.

Je m'endormis sous le firmament.

Je fis un rêve dans ce champ d'herbe. Un rêve mystérieux et pénétrant, puissant et profond. Un songe à la fois étrange et réel, un mirage comme une vision. Une sorte de fantasmagorie faisant naître en moi des sensations étrangères et familières où je vis ce qui se trame dans les profondeurs des galaxies, ce qui s'y passe à l'échelle humaine... Comme si le temps d'un somme j'avais eu dans la tête les pensées du dieu Jupiter ou que des flammes divines avaient éclairé subitement le ciel devant moi. Bref, ma conscience s'ouvrit sur le cosmos, sonda les espaces infinis pour aller observer jusqu'au moindre insecte, jusqu'au plus petit grain de sable, jusqu'à la plus quelconque peuplade d'hommes vivant là-bas sur des planètes aux confins de l'espace... Par quel prodige eus-je accès au grand théâtre sidéral ? Peu importe. Toujours est-il que là, endormi par une nuit de septembre en pleine campagne, je vis couler au-dessus de moi l'incommensurable fleuve cosmique. Composé d'une infinité d'étoiles, ce flot que l'on nomme Univers charriant la vie à gros bouillons, sans fin, sous des millions de formes, je l'ai rêvé.

Et ce songe était palpable.

Voilà ce que je vis :

Des humanités par milliards peuplant l'Univers, des mondes minuscules ou gigantesques, certains aussi isolés dans l'espace qu'une coquille de noix en pleine mer, d'autres rassemblés en bouquets formés de millions d'étoiles. Partout, des peuples, des civilisations, des océans humains. Des races d'hommes variées, étonnantes, magnifiques, laides, effilées, trapues... De la vie même là où c'est inimaginable, des espèces animales par milliards répandues à travers autant de mondes. Ces mondes multipliés eux-mêmes par cent milliards : autant qu'il y a de galaxies, abritant chacune cent milliards d'autres formes de créatures ! Des contrées grandes comme des planètes et des planètes aussi vastes que des petits soleils. Il n'est pas rare qu'en ces lieux mille Chine puissent ne former qu'une province d'une partie plus étendue encore. Deux-cent milliards d'individus s'agitent sur certains globes. Dix milliards de sosies parfaits vivront et mourront simultanément sans jamais soupçonner que leurs doubles pussent exister à dix milliards d'exemplaires, dispersés à travers l'océan sidéral... Moi, je les ai vus.

J'ai vu bien des choses encore : des empires paisibles de plus de 100 000 ans, des bâtiments étranges, des grandes villes silencieuses et mystérieuses, habitées par quelques personnes seulement. Et sur cet autre monde, qu'étaient ces déserts semés de cubes de verre oranges hauts comme des maisons ? Des cités endormies ou des champs de batteries solaires ? Ailleurs, par millions des habitants primitifs sortaient de leurs forêts et s'alignaient pour former des signes magiques. Il y avait des processions de toutes sortes, sur beaucoup de mondes très différents les uns des autres. On brandissait des espèces de noix géantes en pleurant dans les rues tortueuses d'une cité sombre sur tel monde. Sur un autre des voix à l'unisson scandaient des mots aigus le long d'une route étroite (cette route était creuse et faite d'un assemblage de plusieurs bandes de couleurs différentes) tout en faisant jaillir des fumées bicolores dans lesquelles se formaient des images de paysages (des genres d'hologrammes ?) à partir de cônes géants translucides posés sur leur tête... Qu'était-ce donc ? Une manifestation de revendications sociales, des opposants politiques, des réjouissances profanes, des ingénieurs établissant des mesures lors de travaux publics ? Il m'a été permis de voir, non de comprendre.

Ailleurs il y avait un homme qui marchait dans une prairie vêtu d'une multitude de cercles -d'un rouge vif- très minces superposés, comme suspendus en l'air par je ne sais quel effet magnétique tout en épousant sa silhouette et ses membres (un peu comme le bonhomme Michelin). Ces cercles tournaient sur eux-mêmes lentement tout en flottant autour du corps de l'homme qui marchait. Je me dis : voilà une espèce de farfelu qui, comme chez nous, entreprend quelque exploit courageux et inutile. A l'image de nos "traverseurs" d'océans à la rame, de ces sauteurs de tours en parachute, de ces excentriques allant se perdre volontairement dans le désert munis de casques à pointe ou de ces funambules habillés en clown qui font du vélo en équilibre sur une corde suspendue au-dessus de quelconques chutes d'eau... A moins qu'il ne s'agît d'un citoyen banal d'une république utopiste ou d'un royaume complexe en train de vaquer à des occupations fort ordinaires échappant à mon regard profane... Comment aurais-je pu interpréter avec justesse ce que je voyais ? Des gouffres psychologiques, des abîmes philosophiques me séparaient de ces mondes. Je me contentais d'observer, émerveillé, étonné, amusé.

J'ai pu voir mille autres choses que je suis incapable de nommer, des merveilles impossibles à relater, des phénomènes que je percevais comme extraordinaires et qui semblaient naturels à des milliards d'individus...

Lorsque je me réveillai l'herbe était humide, les constellations avaient changé de place. La vision avait duré deux heures... Je sais intimement que ce songe n'était point un mirage mais un voyage fulgurant vers des mondes disséminés à travers le cosmos, un voyage qu'il m'a été permis d'effectuer comme une grâce, emporté par les ailes de Séléné.

+++++++

PRECISION DE L'AUTEUR

A ceux qui à travers ce texte me reprocheront de m'égarer sur les sentiers d'une imagination à leurs yeux peu réaliste :

Ne serait-ce pas plutôt le manque d'imagination qui paralyse les petits esprits et les empêche de projeter leurs pensées plus haut que leur friteuse électrique, plus loin que leur programme télévisé du samedi soir ? La réalité dépasse de toute façon tout ce que l'on peut imaginer et ce dans tous les domaines, la preuve à chaque instant sous nos yeux que ce soit à travers le mystère mille milliards de fois reproduits du brin d'herbe, du moucheron, à travers l'incroyable complexité du cerveau humain ou bien tout humblement à travers les atomes de l'air qui nous entourent... Tout procède d'une imagination infiniment plus fertile, plus folle que la simple imagination humaine qui elle ne prend qu'une infime mesure de la réalité des choses.

Qu'aurait donc pensé un laboureur du Moyen-Âge s'il lui avait été donné de voir son descendant taper sur un ordinateur dans son exploitation agricole ? Il aurait dit :

- J'ai vu un paysan s'entretenir avec un carré plein de lumière et le carré lui répondait avec des signes magiques qui apparaissaient, disparaissaient. Puis naissaient des images fulgurantes qui s'agrandissaient, rétrécissaient... Et même des bruits étranges sortaient du carré lumineux. Ensuite le paysan est sorti de sa maison et un énorme animal de fer l'a avalé. Et je vis l'homme dans la tête du monstre qui rugissait, il se maintenait accroché à une roue derrière les yeux du dragon, il était vivant mais ne bougeait pas, tournant juste la roue devant lui, et la créature avançait pour emporter sa proie jusque dans un immense champ de blé dans un grondement de tonnerre... Un oeil orange clignait au-dessus du démon d'acier et cet oeil éclairait le champ de blé comme une torche qui s'allumait et s'éteignait cent fois par minute !

Le paysan du Moyen-Âge viendrait juste de décrire avec ses yeux médiévaux un paysan contemporain faire ses comptes sur son ordinateur avant de monter sur sa moissonneuse-batteuse surmontée d'un gyrophare. Un fait qui nous semble à nous parfaitement banal peut être observé avec effarement, incrédulité par un témoin d'une autre époque ou d'une différente mentalité.

Je ne fais rien d'autre à travers mon "rapport de voyage" à travers les étoiles : je raconte avec mes mots de terrien du XXIème siècle ce que j'y ai vu. Je n'ai pas affirmé que je comprenais ce que je voyais, je n'ai fait que raconter ce que j'ai perçu du haut de mon esprit non initié, de la même manière qu'un citoyen de la Rome antique raconterait à ses contemporains le métropolitain de TOKYO du XXIème siècle ou notre aviation de transport de masse...

Soyez persuadés que des habitants d'autres planètes observant certains de nos comportements seraient aussi incrédules que vous face à ce que je rapporte de mon voyage onirique. Marco Polo racontant certaines scènes orientales n'avait pas été cru de ses contemporains qui l'accusaient d'affabulation (même si certains historiens prétendent qu'il ne fit jamais son voyage en Chine).

On pourrait ainsi multiplier les exemples.

Ce n'est pas parce que je raconte des faits avec mes mots que ces faits n'existent pas. Qu'on me laisse au moins la liberté de proposer à mes lecteurs l'évocation de ces autres mondes. Libre à eux de ne pas y porter crédit, de restreindre leur vue à leurs clochers, leur LOTO, leurs vacances en Normandie et leurs croquettes pour chiens.

VOIR LA VIDEO :

https://rutube.ru/video/55989bbbe3262b4174df2564a95bdb7a/

mercredi 5 septembre 2007

758 - Le journalisme sans envergure

Le paradoxe de la caméra médiatique consiste à mettre un cache imbécile sur l'objectif, à consciencieusement dissimuler ce qu'elle est censée montrer.

Ainsi à la télévision cette pratique réglementaire, quasi systématique du floutage des enfants, des marques, des témoins et même de certains passants est révélatrice de l'état de total abrutissement de notre société incapable d'assumer la diffusion des différents visages de la vérité.

Ou du mensonge.

La mollesse des journalistes, l'inanité de leur prétendue éthique, leurs minables concessions à des causes bassement mercantiles, leur frilosité, leur lâcheté confèrent à leur corporation une envergure guignolesque absolument méprisable.

Ainsi dans le moindre reportage télévisé pour justifier le floutage de la célèbre bouteille de soda à base de coca nommée COCA-COLA, ces vendus parlent de morale, de respect dû à l'entreprise multinationale qui fabrique cette merde liquide... Ils invoquent le respect de la loi relative à l'interdiction de la mention publique des marques pour justifier leurs odieux -et inutiles- floutages, ils osent même parler de déontologie professionnelle dans le fait de ne pas citer nommément le Coca-Cola ! Comment voulez-vous dénoncer -voire encenser- quand vous vous imposez le devoir de ne pas nommer ? Un journaliste n'est-il pas payé justement pour tenir ce rôle ? Si le journaliste s'interdit de dire ce qu'il pense, à quoi peut-il bien servir ? Si sous couvert de morale professionnelle il se croit obligé de faire le jeu de ceux desquels il n'est censé subir ni influence, ni pression, où est son indépendance ? Ainsi de nos jours les marques, les juges, l'air du temps dictent au journaliste ce qu'il doit ou ne doit pas écrire, montrer, citer.

Insidieusement, à force de faire preuve de scrupules envers les entreprises connues pour leur réussite commerciale, célèbres pour leur logo ou leur puissance, et ceci grâce aux lois relatives à la protection de l'image des marques et à la pratique des journalistes relayant cette iniquité, les marques semblent jouir de plus de respect médiatique, de protections légales que les êtres humains. Sur le plan juridique il sera en effet plus périlleux pour un journaliste de salir l'image d'une grande marque de boisson ou de lessive que de s'en prendre à un individu anonyme ! Ce qui est révélateur de la déférence médiatique éhontée faite aux marques et prouve que les journalistes de nos jours se sont prostitués à l'éthique du marché imposée par les grands manitous du matérialisme occidental (qui va jusqu'à investir le code pénal), qu'ils se sont laissés acheter par les mirages dominants du siècle.

Ces journalistes à la solde des puissants ne citent aucune marque, comme si les dépositaires de ces marques n'avaient pas les moyens de se défendre d'eux-mêmes... La critique médiatique des marques est interdite en France. Mais si un produit est de qualité, la marque ne devrait-elle pas pouvoir se défendre d'elle-même sans autre réponse que le produit en lui-même, et ainsi voir la critique s'effondrer face à la "vérité" du produit ? Cela tombe sous le sens. Mais non, les grandes marques non contentes d'asseoir leur pouvoir quasi subliminal dans les esprits faibles ont encore besoin d'une protection juridique sévère ainsi que de la complicité des journalistes pour renforcer leur statut de tyrans industriels.

Les journalistes sont de moins en moins des inquisiteurs, des questionneurs impertinents et de plus en plus des publicistes, des protecteurs d'intérêts économiques. Au moins par omission : la marque n'est pas critiquée, pas citée, à peine suggérée, jamais montrée en images, ce qui contribue à la sacraliser encore un peu plus. Ce sont également des poules mouillées : le coupable qu'il faudrait montrer est au contraire protégé par leur "silence déontologique", le notable s'il est suspecté de quelque faute mineure est évoqué en biais, avec prudence, le magistrat chez eux ne s'affronte que par textes de lois interposés, jamais directement dans leurs lignes ou à travers leur objectif.

Dans ce contexte un journaliste est par définition un poltron, un menteur, un complice de l'immoralité, un esprit sous le joug des valeurs mercantiles.

Bref, un "flouteur" de vérités.


VOIR LA VIDEO :