vendredi 27 juillet 2007

755 - Le discours autour de l'art

Le discours sur l'Art est en grande partie composé d'approximations oiseuses. De prétendues références historiques. De considérations générales ou au contraire extrêmement pointues. Bref, un ramdam érudit parfaitement arbitraire mais authentiquement verbeux plus ou moins consciemment fait pour impressionner le profane et suggérer une initiation au vaniteux.

Moi-même je me suis essayé à maintes reprises aux discours traitant de l'art. Textes aux apparences sérieuses faits de doctes allusions, construits sur de savantes fumées, tissés de phrases creuses tonnant comme des mirages pleins d'autorité conventionnelle, voire avant-gardiste... On l'aura compris, ce genre n'est qu'imposture. Le plus fort, c'est que ça marche !

Nul ne comprend rien ou presque, tous acquiescent. Personne au fond de lui-même n'est d'accord avec le critique d'art, et pourtant même l'esprit le plus indépendant adhère. C'est que dans le domaine de l'Art officiel le poids de l'autorité des "initiés" est si grand, l'impact psychologique de l'artifice verbal si puissant qu'ils annihilent tout esprit critique.

On a applaudi à mes textes sur l'Art, ce n'était pourtant que de purs exercices de style à la "Christie's". Il suffit de lire les brochures distribuées dans les galeries d'Art pour se rendre compte de la grande farce académique que constitue la critique d'Art. Personne n'ose contredire ces solennelles âneries écrites autour de la plupart des oeuvres d'art. Il y a beaucoup de vent dans la critique d'Art, peu de propos réellement pertinents, et c'est d'ailleurs ainsi que le système fonctionne : une bonne dose d'imposture (faite d'hypocrisie culturelle, d'effets linguistiques brillants et d'artifices phraséologiques recherchés) est nécessaire à l'élaboration du mythe des oeuvres d'art.

Certaines oeuvres d'art parmi les plus vides doivent d'ailleurs leur célébrité à tous les discours creux inventés pour leur servir de projecteurs. Discours longs, denses, difficiles d'accès émis par d'éminents clowns diplômés des grandes écoles des Beaux-Arts. Le vent est la composante la plus importante dans le domaine de l'Art. L'on s'extasie sur des pots de chambre, sur des toiles couvertes d'un blanc uniforme, sur des tableaux peints avec de l'excrément, sur des sculptures prétendument abstraites et qui en fait représentent le vide difforme et monstrueusement boursouflé de leurs auteurs...

lundi 23 juillet 2007

754 - Le talent

Le talent est peu de chose. Le talent est mince. Le talent est étouffant. C'est un bois sec : il se casse, on le brûle, il s'évapore.

Le talent est une fumée qui sort des cheminées à mirages, un souffle bref qui fait siffler les moulins à vent, une vapeur qui fait résonner les violons creux, une bagatelle qui fait chanter les imbéciles, un costume amidonné qui fait braire l'Académie.

La tare se distingue avantageusement du talent par son caractère universel, sage, serein. Humble, accessible, répandue, la tare est un air rafraîchissant qui met tout le monde d'accord. Si tare et talent élisent leurs sujets à la naissance, à l'heure de la mort seule la tare n'oublie personne en se rappelant à tous les autres, tarés et talentueux. Le talent est fait pour certains vivants et la tare pour tous les morts car enfin gésir c'est non seulement être définitivement privé de talent, mais encore plein de tares étant donné que nul n'a jamais vu un poète talentueux continuer à chanter une fois trépassé... Dans les cimetières la parole est aux muets, par définition tarés.

Le talent est royal, traître, passager. La tare est républicaine, honnête, durable.

Le talent est funeste, la tare salutaire. L'un est un venin, l'autre une eau claire. Le premier prend racine chez la corneille, la seconde est issue de la foule des menus moineaux. Le talent jaillit comme une fontaine, c'est un monstre haut perché enchaîné à ses bois hautains et qui croasse entre ses propres branches tout en s'attardant dans les ténébreuses profondeurs où plongent ses orteils, les plumes engluées dans du fromage qui pue... Tandis que la tare est telle une délicieuse tarte à la crème reçue en pleine poire. Le talent est une prison étroite de pierres où court et croît sur les murs le mot "LIERRE" qui à force de grandir devient molle liane autour de laquelle le plus rusé des renards finit par se prendre la queue, alors que la tare est une volière sans mesure où s'ébattent les oiseaux heureux de lustrer leurs courtes ailes.

Le talent est bourré d'artifices, la tare riche de sa graisse.

dimanche 22 juillet 2007

753 - Le poison de la publicité

La publicité omniprésente dans notre société d'opulence prend des formes de plus en plus vulgaires...

Agressive, lourde, laide, elle viole les esprits les plus faibles. Autant dire la majorité des citoyens. A travers les spots télévisés et les affiches publiques, les "héros" mis en scène censés incarner le consommateur moyen sont en fait les parfaits archétypes de ce qu'on pourrait appeler les minables, les pauvres types, les abrutis. Qui s'en rend compte ? Certainement pas les intéressés...

Le consommateur de base s'identifie ainsi à ces modèles d'inepties, heureux d'être "reconnu" dans sa misère, son insignifiance, son vide. La publicité édifie des autels à sa bêtise, glorifie sa docilité, cultive sa stérile avidité, flatte son goût pour la médiocrité. L'âne bipède, enivré par ces carottes agitées sous son nez ne songe plus qu'à se vautrer dans l'ornière.

Authentique pornographie culturelle, véritable obscénité esthétique, les boîtes de conserve, les aliments pour chiens et les paquets de lessives s'étalent en gros plans, impudiques, aux coins de nos rues, sur nos frontons, jusqu'au fond de nos consciences.

Les minus affectionnent la bassesse. Ils appellent "liberté d'expression" les oeuvres insanes de ces odieux publicistes. Dans leur paresse intellectuelle savamment entretenue par ces publicistes qui les manipulent de la naissance à la mort, ils confondent la tolérance avec la criminelle bêtise consistant à accepter cette atteinte à la beauté, à l'intelligence, à la noblesse que représente la publicité... Les fabricants de rêves frelatés leur proposent de la bouillie pour bébés jusqu'aux services mortuaires, et entre les deux ils les font bêler au maximum de manière à pouvoir les gaver de bagnoles, de saucissons, de pots de fleurs...

"Braillez, chiez, mourez, on vous fournira les couches-culottes, le torchecul, le cercueil. Payez, on s'occupe de tout !", tel est le message de la publicité.

Aux minables la publicité propose vraiment tout et n'importe quoi pour les accompagner tout au long de leur existence : le réceptacle à excréments pour leurs bambins, la charcuterie pur porc qui les rendra heureux jusqu'au fond de leurs artères, le papier-toilette ultra-absorbant pour rafraîchir tout anus digne de ce nom...

Et pour finir en beauté, les publicistes proposent même du marbre bon marché pour le jour où ces crétins de vivants sortiront du circuit des consommateurs !

Et tout cela en gros plans sur les affiches géantes.

La publicité est décidément la pire arme de destruction massive de l'intelligence.

mercredi 11 juillet 2007

752 - Les mystères de l'infortune

J'ai remarqué que certains êtres tout au long de leur existence étaient malmenés par le sort.

Malchanceux-nés, ces "damnés à durée déterminée" nous offrent le spectacle navrant -et drôle pourtant- de leur vie vouée à l'échec, à la misère, à la souffrance.

De la naissance à la mort ces gens semblent attirer à eux les malheurs les plus divers, des plus insignifiants aux plus tragiques. Combien de ces tristes cas ai-je déjà rencontré ? Ils se ressemblent à peu près tous : abandonnés dès leurs premiers jours, élevés par l'Assistance Publique, on dirait que dès leur venue au monde ils signent un pacte avec l'Adversité à partir duquel leur vie ne sera qu'une succession de tragédies, de douleurs, d'épreuves insurmontables. Comme si l'enfer les avait désigné pour cible.

Quel étrange démon les poursuit ainsi ?

Expient-ils pour des fautes graves commises en autre autre vie ? Ou bien au contraire sont-ils les jouets innocents de forces maléfiques ? Toujours est-il que quoi qu'on fasse pour les aider, les soustraire à leur sort, inévitablement ils retombent dans leur fosse à misères, définitivement mariés au malheur. On dirait qu'ils ne sont sur terre que pour pleurer, recevoir coups et blessures, déceptions, punitions.

Sinistre et comique répétition de grandes et petites douleurs... Porteurs de destins maudits, proies du hasard (funeste autant que possible), ces éternelles victimes m'étonnent toujours. La foudre tombe-t-elle en un lieu ? C'est leur tête qu'elle frappera, qu'ils soient dans le désert ou dans une foule. Vous pourrez placer un paratonnerre sur leur toit -quand ils en ont un-, le feu du ciel roussira leur front. Vous aurez beau les mettre à l'abri de toutes chutes ou accidents imaginables, le sort leur en inventera des bien tordus, des bien féroces, des inattendus, des inédits... On en rit tellement c'est tragique, répétitif, anormal.

On se dit qu'ils doivent le mériter pour être aussi persécutés, harcelés par les événements...

Ces gens pour moi sont un mystère. Ils traînent leur cancer incurable depuis des années -ou quelque maladie invalidante rarissime-, ne parviennent jamais à toucher leurs allocations de grands accidentés auxquelles ils ont pourtant droit (avec eux ça ne marche jamais, l'administration envers eux bloque toujours), se font cambrioler le peu de biens qu'ils possèdent, pour des raisons compliquées n'obtiennent aucun remboursement pour leur maison qui a brûlé alors qu'ils étaient dûment assurés, se font escroquer comme des naïfs par des banquiers, vont en prison pour des crimes qu'ils n'ont pas commis, en ressortent sans indemnité, trouvent encore le moyen de s'endetter avec des amendes pour mauvais stationnement alors qu'ils ne possèdent pas d'automobile (ni d'ailleurs de permis, ayant échoué à toutes les épreuves et examens, quand ils ont eu l'occasion de tenter leur "chance") vu qu'ils marchent avec des béquilles depuis des lustres... Etc. Etc...

L'accumulation de toutes ces calamités paradoxalement leur donne une force spirituelle proportionnelle à leur infortune. Désabusés, meurtris, déchirés corps et âme mais pleins d'espoir et d'humanité, conscients de leur malédiction et cependant inébranlables dans leur foi en un monde meilleur, ces hères foncent sans frémir vers la mort avec leurs haillons, certes persuadés de rendre l'âme dans d'affreux râles d'agonie, leur centième et dernier malheur, mais heureux de quitter cette terre de misères pour un Ciel cent fois mérité.

VOIR LA VIDEO :


https://rutube.ru/video/791e796f01652d5c4658b819a2a2e0ef/


vendredi 6 juillet 2007

751 - Vautours en hermine

L'actualité nous montre fréquemment les aberrations de notre système judiciaire, plus particulièrement le manque de dignité, de pénétration, d'humanité de ceux qui exercent la fonction de magistrat.

Attention, je n'affirme pas que tous les magistrats sont d'odieux imbéciles qui déshonorent la fonction. Il y a dans le corps de la magistrature un nombre important d'hommes pétris d'humanité, authentiquement justes, patients, humbles, consciencieux, soucieux d'autrui, voire magnanimes. Hélas ! Un nombre semble-t-il tout aussi important de juges incapables et vaniteux à l'esprit étriqué instruisent des dossiers graves dans lesquels la liberté d'innocents est mise en jeu...

La première des choses que l'on est en droit d'exiger de la part d'un juge qui d'une signature peut envoyer un citoyen sous les verrous, c'est qu'il possède de grandes qualités humaines, prenne le temps d'écouter, soit capable de ressentir la souffrance de son prochain. Bref, qu'il fasse preuve d'humilité, de compassion, de scrupule. Or chez un certain nombre de théoriciens de la loi sans hauteur, purs légalistes pressés de monter en grade, les plus basses motivations les ont placés sur leur trône indu : assise sociale, éclat de la fonction, succès dans leur cercle mondain, revanche sur leur destin familial ou leur origine sociale...

Rien que la vanité ! Sans omettre l'aspect lucratif de leur situation.

Plus sensibles aux honneurs, à leur avancement, à leur salaire revu à la hausse qu'au sort des citoyens-pantins (parfois sans défense psychologique ou intellectuelle) broyés entre leurs mains, ces bandits sous hermine ont trouvé dans les textes de la loi de quoi se tailler une place en or dans la société.

Une place dans l'ignominie des gens bien vêtus.

La gloire et la gloire seule motive ces opportunistes haut placés. Orgueilleux à l'extrême, bêtes, vicieux, ces juges insolents refusent de reconnaître leurs erreurs. L'orgueil constituant leur inébranlable pilier, la soif de succès leur plus chère alliée, il leur est intolérable de regarder la vérité en face.

La vérité qu'ils sont censés faire triompher envers et contre tout, ils préfèrent la couvrir d'un voile de pudeur professionnelle et faire éclater à la place leur révoltante bêtise.

C'est que leur ascension sociale est incompatible avec la conscience... Ces businessmen du code civil n'ont pas de temps à perdre avec la vérité : l'iniquité est plus efficace et gratifiante pour leur carrière.

Honte à ces magistrats coupables, mais honte également à notre système faussement égalitaire et en réalité pervers qui permet de placer des gens malfaisants aux sommets d'une institution aussi noble que la Justice !

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/x29q4hf_vautours-en-hermine-raphael-zacharie-de-izarra_school

https://www.youtube.com/watch?v=W7EY4wXkC6o&feature=youtu.be

750 - Abattoirs : lettre à Sarkozy

Monsieur le Président de la République,

J’attire votre attention sur le sort cruel réservé aux animaux de boucherie au sein de nos abattoirs. Les conditions d’abattage de ces quadrupèdes sont indignes de notre société moderne traditionnellement soucieuse d’humanité et de plus en plus éprise d’idéaux à caractère universel.

Il n’est pas rare que ces abattages soient accompagnés de maltraitances inouïes de la part du personnel insensibilisé à la souffrance du bétail dont il a la charge.

Allant de la simple décharge électrique réglementaire à la brutalité gratuite pure et simple en passant par l’horreur indicible dans les cas où, affolés, incontrôlables, certaines de ces bêtes sont victimes d’accidents ou de négligences lors de leurs transfert et parcage dans le processus d’abattage, les conditions épouvantables auxquelles elles sont soumises ne sont plus acceptables aujourd’hui.

L’atroce n’est pas compatible avec nos critères humanistes. Le citoyen français de 2007 ne peut plus s’accommoder de l’abomination, d’autant qu’elle s’exprime de manière flagrante, sanglante, assourdissante derrière les murs de nos abattoirs.

Nul n’ignore que les mammifères -mais également les oiseaux- sont des êtres doués de sensibilité et par conséquent réceptifs au stress, à la peur, à la souffrance, et particulièrement l’espèce porcine. Prendre en considération cette donnée essentielle devrait faire partie des priorités lors de l’abattage des animaux de ferme.

Tout citoyen responsable se sentant concerné par les grandes questions de son époque ne peut que réagir face au scandale des abattoirs.

Au nom de tous ceux qui en France n’acceptent plus la barbarie exercée envers la gent inférieure, citoyens de plus en plus nombreux révoltés par les méthodes inhumaines d’une industrie implacable (certes extrêmement respectueuse des normes d’hygiène, très professionnelle quant aux techniques employées mais parfaitement inattentive, voire franchement abjecte sur le plan humain) je souhaite, Monsieur le président, que le gouvernement prenne ses responsabilités.

Il est urgent que les conditions de transfert et d’abattage de ces créatures soient réglementées selon des critères plus stricts que ceux actuellement en vigueur, dans le sens du respect de l’animal et, sinon de l’assurance de son bien être, du moins de la garantie qu’il ne sera plus exposé à des souffrances aussi inutiles qu’odieuses. Bref, assurer sa protection absolue contre les maltraitances ignobles dont il est victime depuis trop longtemps dans le contexte que j’ai évoqué. Cela, avec la certitude que l’application de ces normes « animalitaires » soit soumise à des contrôles sévères et réguliers.

Je vous prie de croire, Monsieur le président, à ma parfaite considération.

VOIR LA VIDEO :

https://www.youtube.com/watch?v=ZEGG5HTFJF0

http://www.dailymotion.com/video/x4qs5hz